Sortir du «content shock» à l’aide du «content chance»

24 mars 2016
Martial

user Customer, password ExpectationsAujourd’hui, on ne se demande plus pourquoi pratiquer le «content marketing» mais comment procéder et comment se démarquer. Pour Yann Gourvennec, il faut sortir du «content shock» à l’aide du «content chance». Explications.

Le conférencier Yann Gourvennec, fondateur et dirigeant de l’agence de marketing digital Visionary Marketing, a fait part de son expérience enrichissante du «content marketing» dans le cadre d’une session interactive le 2 mars dernier.

Au cours de ce webinaire, le spécialiste du marketing 2.0 a abordé les concepts de «content shock» et de «content chance» pour un public qui semble à présent avoir bien compris l’intérêt du «content marketing». En effet, aujourd’hui, ces spécialistes du marketing ne se demandent plus pourquoi pratiquer le «content marketing» mais comment procéder et comment se démarquer avec ces nouveaux moyens.

Pour Yann Gourvennec, sortir du lot avec sa stratégie de contenu consiste en partie à sortir du «content shock» à l’aide du «content chance». Explications.

Déterminer le point de saturation de la production de contenu

Des études démontrent que la quantité de contenu produite évolue plus vite que le temps disponible global des internautes à consommer du contenu en ligne. Par conséquent, à un moment donné, la production de contenu atteint un point de saturation au-delà duquel sa rentabilité diminue. Pour le blogueur américain Marc Schaeffer, il s’agit du «content shock», une zone dans laquelle vos efforts en termes de production de contenus sont quasi inutiles.

Une stratégie de «content marketing» est-elle donc vouée à l’échec à terme? Comment faire pour maintenir sa rentabilité et sortir du lot ?

Trouver le contenu d’opportunité !

La disponibilité à consommer du contenu paraît certes limitée dans le temps. La bonne nouvelle, c’est que plus on trouve de contenus et de contenus de faible qualité sur le web, plus on va observer des publics frustrés par l’absence d’une offre éditoriale qui lui corresponde. C’est ce qu’on appelle le « content chance ».

Pour Yann Gourvennec, pour maintenir sa stratégie rentable, il est donc vivement conseillé de sortir du «content shock» en faisant preuve de créativité pour saisir de nouvelles opportunités. Il s’agit de proposer du «content chance» et de toucher de nouveaux publics, plus sélectifs.

(Source)