NL - FR

Invent

Facebook - NewsMaster

L’e-mail, ça fonctionne ! Plus que Facebook et Twitter réunis…

Le e-marketing aussi a ses effets de mode. De l’e-mail marketing en passant par le trigger et les médias sociaux, les stratégies apparaissent plus vite qu’on ne les implante. Et l’on a parfois tendance à (trop) vite jeter la « vieille » technique au profit de la nouvelle.

Ces derniers mois, les marques se sont littéralement jetées sur les réseaux sociaux. Elles y ont développé leur marketing à grand frais pour finalement des résultats décevants. Et la diminution croissante de la portée organique des posts facebook ne va rien arranger.
On vous en a déjà longuement parlé.

Cet engouement les a parfois détournés de l’e-mail marketing (l’e-mail a décliné de 20 % entre 2008 et 2012). A tort selon une étude menée par Mc Kinsey. En effet, l’e-mail serait 40 fois plus efficace que Facebook et Twitter réunis pour acquérir des clients ! Quant à la valeur moyenne des commandes, elle serait également supérieure de 17 % via l’e-mail.

Pour Mc Kinsey, pas question de jeter les médias sociaux au profit des seules campagnes d’e-mail marketing pour la cause. Mais les marques devraient revoir leur politique en matière d’e-mail marketing. D’autant que celui-ci a encore d’autres avantages :

> une grande possibilité de segmentation ;

> des résultats mesurables en temps réel ;

> un coût peu élevé ;

> une conception simple ;

> des possibilités de ventes immédiates (voire répétées) ;

> une fidélisation sur le long terme ;

> il est adapté tant au B2C qu’au B2B ;

> etc.

Bref, évitez d’enterrer trop vite une technique au profit d’une autre et gardez à l’esprit qu’en marketing aussi, être fashion addict n’est pas toujours la meilleure façon de se démarquer.


Qui sera notre premier client à quitter facebook ?


Avec des résultats bien en deçà des attentes légitimes des entreprises, certaines se demandent s’il n’est pas temps de se désinvestir du média ou, du moins, d’y investir différemment…

« Mais qu’est-ce que je fais encore sur facebook ? » Il y a une grande satisfaction à entendre plusieurs clients vous poser, en substance, la même question pertinente au même moment. Cela confirme qu’il s’agit de clients matures qui maîtrisent leur sujet, que vous les avez correctement aiguillés depuis le début de votre relation commerciale et… qu’ils viennent de lire le rapport alarmant que vous leur avez suggéré de consulter !

En l’occurrence, la dernière étude d’Ogilvy sur le taux de visibilité moyen des messages des entreprises postés sur facebook. Le fameux « organic reach » qui serait tombé à 6 % pour les pages de marques et même à 2 % pour les pages de plus de 500.000 likes. Autrement dit, on souhaite bien du courage à nombre de community managers dans les mois à venir, lorsqu’il faudra expliquer à un client pourquoi plus personne ne voit ses posts. Car, pour Marshall Manson, patron de social@Ogilvy Europe qui signe l’étude, « le taux de visibilité moyen des contenus de marques publiés sur facebook est appelé à atteindre le 0 %. Il s’agit juste d’une question de temps. » Bien entendu, pas question pour Ogilvy de se tirer pour autant une balle dans le pied. S’en suit donc, dans l’étude, une série de recommandations pour poursuivre l’aventure avec facebook… avec un portefeuille bien garni.

Car c’est effectivement la première recommandation que l’on peut faire à ses clients : considérer facebook comme un canal publicitaire payant comme un autre. Un canal d’ailleurs pas si cher que cela et plutôt pointu sur les profils des clients à toucher. Mais inutile de perdre encore son temps et son argent en posts, en heures de publication, en surveillance des réactions et autres entretien de conversations… cela n’a plus vraiment d’intérêt. Souvenez-vous que nous sommes en route vers le 0 % d’organic reach.

Pourtant, vous aviez des choses à dire à vos clients, vos prospects, vos « amis ». Sachez qu’il est toujours possible de le leur dire et de façon beaucoup plus efficace. Reprenez votre Content en main ! Editez des contenus visibles par tous, entamez de véritables conversations, maîtrisez tous les paramètres de votre communication. En un mot : démarrez votre blog ! Et pour vous en convaincre, voyez les différents avantages que nous avions listés sur le fait de publier sur son propre blog plutôt que sur facebook.

Et que les plus nostalgiques se rassurent, on pourra partager le contenu de son blog sur facebook et se dire que 2 % de visibilité, c’est pas perdu…


Sur votre blog plutôt que sur Facebook !

La portée organique de vos posts facebook diminue de jour en jour. Bientôt, plus personne ne verra vos publications si vous n’avez versé votre obole à Mark ! Il est donc grand temps de démarrer votre blog pour alimenter les réseaux sociaux et vous rendre beaucoup plus visible.

(Presque) rien ne change
Votre blog est une page liée à votre site pour tous ceux qui aiment votre marque. Une page pour converser, partager, échanger, s’exprimer… Un peu comme une page facebook ? La différence est que cette page est hébergée chez vous, par vous et pour vous !

Toujours (presque) rien ne change
Les contenus publiés sur votre blog vivent sur les réseaux sociaux comme tous les posts que vous y publiiez par le passé.
La différence est que l’ensemble des lecteurs se retrouvent dans votre environnement pour les lire.

De nombreux canaux de diffusion

Facebook devient un simple canal de distribution de votre contenu. Un canal parmi les nombreux autres que vous pouvez utiliser via votre blog. Publiez sur Twitter, Pinterest, YouTube et les autres mais gardez tous ces contenus sur votre site.

Un vrai ROI
Chaque minute que vous consacrez à votre conversation sociale via votre blog est quantifiable et ne dépend pas des changements de fonctionnement imposés, sans préavis, par les médias sociaux.

Une visibilité
Entre les fausses pages, les anciennes et celles des collaborateurs, retrouver une page de marque sur facebook est un calvaire. Avec votre blog, vous centralisez l’information sur votre site et conversez via une page claire dévolue à vos conversations sociales.

Une présence durable
Tout ce que vous publiez sur votre blog est visible pendant de longues semaines et se retrouve via les moteurs de recherche alors qu’un post sur facebook disparaît bien souvent aussi vite qu’il a été publié.

Une information pour tous
Les algorithmes de facebook décident qui voit ou non les informations publiées. Votre blog donne accès à vos contenus à tous ceux qui le souhaitent, sans établir de sélection.

Du SEO sans effort
Chaque ligne postée sur votre blog favorise votre classement dans les moteurs de recherche alors que tout ce que vous avez pu poster sur facebook n’y a jamais contribué !

Des audiences multiples
Vous avez 30.000 fans sur facebook ? Grand bien vous fasse, mais c’est facebook qui dispose de leurs coordonnées…  Sur votre blog, vous avez tout loisir de rassembler les coordonnées de vos visiteurs et vous pouvez multiplier les conversations avec eux en fonction de leurs attentes.


Sur les médias sociaux, le gratuit, c’est fini !

En décembre dernier, Facebook a tué le trafic organique (l’organic reach). Désormais, seul le « Paid media » compte. L’ère du tout gratuit sur les médias sociaux est bel et bien révolue. Pour être vu, il faudra davantage faire preuve de créativité mais aussi payer !

Avant, il suffisait de créer une page Facebook, de l’alimenter avec un contenu de qualité pour que posts et mises à jour vivent naturellement
leur vie, se partagent et soient vus. Bref, faire sa promo, promouvoir sa marque, pouvait ne pas coûter un cent sur les réseaux sociaux.
Avouez qu’il fallait être un brin utopiste pour croire que cela durerait toujours.

En décembre dernier, Mark Zuckerberg a porté le coup de grâce au trafic organique.D’un coup, mises à jour et articles ont vu leur audience dégringoler (souvent de plusieurs dizaines de pour cent !). Normal, Facebook a changé (une fois de plus) les règles du jeu et l’algorithme du fil d’actualité.« La concurrence est féroce en matière de News Feed, s’est justifié Facebook dans un article publié sur le site Facebook for Business. De plus en plus d’utilisateurs partagent des contenus. Les pages vont subir des modifications dans la distribution des messages postés, ce qui va se traduire par un déclin de l’organic reach. Objectif : la qualité. » Mais aussi faire grossir le portefeuille de Facebook ! Car pour optimiser sa visibilité et la pénétration de ses messages, il faut désormais payer. Le tout gratuit, sur les médias sociaux, c’est fini ! Place au « Paid media » généralisé.

Après Facebook, nul doute que les autres réseaux emprunteront la même voie. Les marques vont devoir revoir leur marketing social et tenir compte du fait que désormais, il faudra investir dans les Ads ! Cela dit, que préférez-vous : générer cinq ventes via le trafic organique ou le double en investissant dans les annonces payantes ? Rien ne vous empêche de mixer les deux. C’est sans doute la meilleure solution.


Oui, Facebook draine de nouveaux clients !

77 % des marketeurs BtoC ont trouvé un nouveau client sur Facebook. C’est ce que révèlent, entre autres, une étude et une infographie réalisées par Wishpond. L’étude met aussi en exergue le fait que les stratégies de social media produisent deux fois plus de leads que le mailing direct ou le pay per click.

Ce n’est pas parce que l’on suit une marque sur Facebook ou Twitter que forcément on est un client de cette marque. Le défi des marketeurs est donc non seulement de faire grandir la communauté de fans mais aussi et surtout de les convertir en consommateurs. Et ce n’est pas toujours simple. Néanmoins, une récente étude menée par Wishpond démontre que Facebook et Twitter sont de puissants leviers pour le marketing B2C. Ainsi 77 % des marketeurs B2C affirment avoir trouvé un nouveau client grâce à Facebook et 34 % ont généré des leads via Twitter, 20 % les ont concrétisés. En seulement deux ans, les marketeurs qui affirment que Facebook est important voire indispensable pour leur business ont augmenté de 83 %. Pas de doute, le social media marketing est devenu LA priorité des marques.

Mais attention à ne pas oublier un acteur de plus en plus important dans les stratégies marketing : LinkedIn. Selon Wishpond, il serait 277 % plus efficace que Facebook et Twitter pour générer des leads. 77 % des marketeurs B2B affirment d’ailleurs avoir acquis de nouveaux clients grâce à LinkedIn (60 % via le blog d’entreprise, 43 % via Facebook et 40 % via Twitter). Or seuls 47 % de marketeurs B2B utilisent le réseau social professionnel alors que 90 % recourent à Facebook.

Autre fait intéressant : les stratégies de social media produisent deux fois plus de leads que le mailing direct ou le pay per click. Quant aux consommateurs, ils sont 77 % à reconnaître qu’ils sont plus susceptibles d’acheter un produit d’une entreprise dont le directeur est présent sur les réseaux sociaux.

Regardez l’infographie !


Doper l’engagement sur vos pages LinkedIn

On parle souvent des posts sponsorisés de Facebook mais LinkedIn offre un service similaire et peut-être plus efficace via ses LinkedIn Sponsored Updates. Idéal pour recruter ou simplement donner plus de visibilité à sa page business.

Sachant que les membres de LinkedIn ne passent pas leur temps à publier dans leur flux d’actualité des photos de vacances et des vidéos de lol cats, mais s’attendent à de véritables infos à caractère professionnel, les Sponsored Updates de LinkedIn représentent une belle carte à jouer pour la visibilité d’une entreprise.

 

N’importe quelle société peut lancer une campagne de promotion de ses produits ou activités en se rendant sur une page centrale. Il suffit de créer un article sur la Company Page et de cliquer sur le bouton « Sponsor ». On peut également utiliser la fonction LinkedIn Campaign Manager pour lancer une campagne sans contenu préalable, voire sans page corporate.

Des options permettent de sélectionner une audience très ciblée : lieu, âge, diplômes, nom de la société, catégorie d’entreprise, fonction, école ou université, groupes LinkedIn. Le nombre et le type de critères valoriseront votre campagne, ce qui vous permettra d’établir un devis, en fonction de la durée et des budgets alloués. Vous trouverez un tutorial complet ici.

Les secrets d’un post sponsorisé réussi ?

- Un titre qui intrigue et incite à cliquer.
- Des photos qui vous démarquent du reste des publications.
- Un seul lien par article pour éviter la confusion.
- Un juste équilibre entre l’aspect humain et professionnel.
- Votre actualité et non un catalogue de produits à acheter.

Dès que la publication est effective, vous avez la possibilité de mesurer l’impact de votre campagne via un espace d’administration dédié. Egalement depuis votre terminal mobile.

Une Company Page où l’entreprise sponsorise des liens génère un engagement 45 % supérieur à la moyenne, des valeurs impossibles à reproduire sur Facebook et Twitter, notamment du fait de la grande disparité des motivations des visiteurs et membres. Sur LinkedIn, elles sont essentiellement professionnelles.


Facebook Promote Post versus Facebook Ads

En moyenne, seuls 16 % de vos fans voient chacun de vos statuts sur Facebook. Ce qui a donné l’occasion au réseau social de créer une nouvelle forme de publicité baptisée Promote Post. Bref, une façon de transformer un statut en pub en dopant sa visibilité… moyennant finances. Plus efficace qu’une pub Facebook Ads traditionnelle ?

Lancer une campagne de promotion sur Facebook se résumait jusqu’ici à une annonce payante affichée auprès d’un public cible (âge, catégorie sociale, région). Si la formule permet de gérer son budget de manière efficace, elle n’offre aucune garantie de clics et peut être assimilée à du contenu indésirable.

D’où l’idée de glisser des articles de promotion au cœur du flux d’informations, dans un format particulièrement acceptable tant sur un ordinateur que sur une tablette ou un smartphone. C’est ce que Facebook a appelé les Promote Posts.

Mais ces publications sont-elles finalement des articles ou des pubs ? Un peu des deux. Sur la page d’accueil de votre compte Facebook, longtemps vous avez vu apparaître une liste d’articles publiés par vos amis dans l’ordre antéchronologique. Depuis la création de la Timeline, le tri est plus complexe, notamment à cause du très grand nombre de posts publiés. Ils apparaissent donc désormais en fonction de leur pertinence et de leur popularité. Si chacun a la possibilité de trier les articles affichés, la plupart des utilisateurs ne modifient pas le paramètre « à la une ». Conséquence : pas facile pour les marques de s’assurer que tout ce qu’elles publient sur leur page officielle se retrouve dans le flux de leurs fans.

Dans ce contexte, l’outil payant baptisé « suggested post » permet d’augmenter la probabilité que vos articles soient visibles par votre public dans leur fil d’actualité. Comment ? En mettant en avant (en haut de la liste) toute publication partagée sur un profil ou une page, y compris les photos, vidéos, questions et les offres, en échange d’une somme fixe. Durée de vie d’une campagne ? Trois jours en moyenne et par défaut.

Facebook cible d’abord les fans de votre page, ainsi que leurs amis. Résultat : vous vous assurez que vos fans voient effectivement ce que vous publiez et leurs amis peuvent rejoindre votre page, sans que le message ne soit noyé dans le flot mondial des utilisateurs de Facebook.

La formule est particulièrement efficace dans trois cas : événements, lancements et promotions. Elle permet, tout comme les Facebook Ads, de définir un budget fixe. Sa mise en place est simplifiée : sous chaque statut publié, l’option « Boost Post » vous permet de définir une campagne et la visibilité du contenu à promouvoir. L’impact est forcément moins global qu’une campagne d’affichage, mais la pénétration est directe auprès des fans.

Pour une campagne d’image efficace, il peut être utile de viser les deux formules : l’affichage de type « Facebook Ads » pour gagner en « likes » et des « publications promues » pour stimuler l’adhésion du public à la communication de votre marque, tout en atteignant également les proches de vos fans et… ambassadeurs.


12 % de vos « amis » vous voient sur Facebook !

La modification du Edge Rank, cet algorithme qui détermine si une publication est affichée ou non dans le fil de news de vos amis, n’en finit pas de susciter la polémique. Facebook entend pénaliser les contenus non engageants pour améliorer l’expérience utilisateur…  mais n’est-ce pas plutôt pour satisfaire ses actionnaires ?


Sortir du piège du « Like »

Facebook se résume-t-il à « cliquez sur j’aime si vous aimez les week-ends » et autres chatons dans des mixers que l’on menace d’allumer « si vous ne cliquez pas sur j’aime » ? En augmentant la pression du like avec la modification de l’Edge Rank, Facebook renforce les raisons structurelles qui engendrent ce mauvais community management.


Casquer ou se casser !

Des millions de pages d’entreprises qui ne décollent pas sur Facebook et des milliers d’autres pour lesquelles il est inconcevable de développer une page sans budget publicité… Le coup de gueule très documenté d’Adrien Boulard va droit au but et promet un bien sombre avenir pour les TPE et PME qui voudraient s’engager sur Facebook.

NewsMaster

Partenaire privilégié de vos stratégies de Content Marketing, NewsMaster crée un lien durable entre l’entreprise et ses publics.

Quel que soit le support de communication, NewsMaster propose des solutions et des contenus rédactionnels qui intègrent les préoccupations des lecteurs et valorisent ainsi l’entreprise auprès d’eux.

Twitter

"Rossel Advertising renforce son expertise en Content Marketing grâce à NewsMaster ! http://t.co/bHqxnNc2jL"
"Etude Forrester : le contenu de marque, avenir du marketing digital http://t.co/QPLwQJKaTA"
"Content Marketing in the UK: 2013 Benchmarks, Budgets, and Trends http://t.co/04gwXs0j5T"

Contactez-nous !

NewsMaster dpt
152 Chée de Waterloo,
1640 Rhode St Genèse

NewsMaster – Publishing Dept.of
Solution 3.0 sprl

Rue du Cerisier, 29
1490 Court St Etienne

Newsletter
Découvrez notre dernière newsletter et abonnez-vous

Scroll to top