NL - FR

Invent

Stratégie - NewsMaster

Le Réseau Social d’Entreprise au service de votre stratégie globale

L’avènement du digital dans les entreprises voit naître une nouvelle forme de communication interne; le Réseau Social d’Entreprise fait son entrée. RSE, bonjour !

Autrefois univoque et linéaire, la communication interne tend aujourd’hui à devenir de plus en plus transversale et collaborative. En effet, vos employés (des hauts cadres de direction aux agents administratifs les plus divers)  deviennent aussi-sciemment ou non- les étendards, les voix de l’image de marque de votre entreprise. C’est une révolution des idées, de la culture entrepreneuriale qui est en marche. À vous donc, administrateurs, responsables des GRH, de la Communication, d’accompagner vos collaborateurs pour faire du Réseau Social d’Entreprise un projet concret et concluant pour tous.

Un RSE, pour quoi faire ?

Plus interactif qu’un Intranet, et plus communautaire que les réseaux sociaux traditionnels,  le Réseau Social d’Entreprise est une structure, une communauté animée par les différents collaborateurs de votre organisation.

Ainsi, un RSE permet aux membres de votre entreprise de créer un profil personnel, de produire et d’échanger facilement des informations sur un espace commun à l’ensemble de votre société.  Les bénéfices sont multiples :

- Informations centralisées ; circulation de l’information facilitée

Harmonisation des outils internes ; agenda, journal interne et annuaire sont accessibles à tous et en un seul endroit

Décloisonnement et fédération des équipes ou des différents départements ; chaque collaborateur a une visibilité sur les activités et les projets en cours, chacun ayant la possibilité d’exprimer librement son avis.

Bref, vous vous en doutez, le gain de productivité et de réactivité est conséquent. La finalité du RSE étant de replacer l’Humain  au cœur de la stratégie globale de l’entreprise.

Une foule d’applications et de fonctionnalités sociales

Selon la récente étude de l’Observatoire de l’Intranet  et de la Stratégie Numérique, c’est l’alerte e-mail qui est la plus plébiscitée, suivie entre autre des enquêtes/sondages online, du Community Management, du « Like », de la publication de commentaires et d’annuaires professionnels enrichis.

D’autres applications typiquement sociales sont également à noter :

1) La mise à jour d’un agenda ; pour fixer et organiser des évènements propres à la société

2) La gestion d’une base documentaire ; pour centraliser et partager vos ressources et le savoir de votre entreprise

3) Le networking ; pour réseauter, suivre, et entrer plus facilement en relation avec d’autres collaborateurs

4) La production d’une Web TV ; pour favoriser et dynamiser vos actions de communication interne

5) Les flux d’actualités ; pour que vos collaborateurs suivent les actus de leur choix à partir des sources de contenu que vous leur proposez.

Les exemples ne manquent pas, et pourtant… L’émergence du RSE n’en est qu’à ses débuts…

Pour un RSE viable et durable

Cela va sans dire, mais un Réseau Social d’Entreprise ne doit pas être la porte ouverte aux cancans, aux derniers commérages, « private jokes » et autres règlements de comptes. Les couacs, les cafouillages, les réticences, les frustrations, et les rivalités sont monnaie courante dans de tels projets, il vous faudra donc élaborer,  pour parer à ces éventualités, une stratégie claire, précise et surtout respectueuse de la vie privée de vos collaborateurs.

Gouvernance et charte éditoriale à l’appui, posez-vous les bonnes questions, imposez-vous des règles et des objectifs nets, délimitez vos besoins, et évitez la diffusion d’informations sensibles et confidentielles.

Vous l’aurez compris, le RSE n’est pas une solution « prêt-à-porter ». Au contraire, un Réseau Social d’Entreprise doit être une réponse sur mesure et en adéquation avec le profil social, les problématiques managériales, et les contraintes organisationnelles de votre entreprise.


Veille ou curation, mais de quoi parle-t-on ?

Puisque le contenu est au cœur même de votre stratégie digitale, tout commence par la veille et la curation pour initier ce contenu. Les outils ne manquent pas, mieux vaut donc partir bien équipé. 

L’infobésité fait rage aujourd’hui sur la toile. Pour éviter l’overdose,  la curation semble être un antidote efficace face à la surabondance de contenus Web. Suivez ces quelques pistes, et vous serez sûr de trouver votre voie parmi les dédales et les méandres de l’Internet 2.0.

La veille, ça ne date pas d’hier, mais la curation de contenu prend actuellement tout son sens à l’ère du marketing digital. En pratique, vous patrouillez le Web à la recherche d’informations sur des thématiques précises et préalablement définies. Moins chronophage et onéreuse que la production éditoriale pure, la curation de contenu poursuit quasi les mêmes objectifs, et offre aussi une foule d’avantages non négligeables :

Communication enrichie et très ciblée

Optimisation de votre référencement et par delà votre visibilité

- Gain de temps

- Consolidation de votre réseau

Découverte et partage des contenus les plus pertinents

- Valorisation de votre site Web dans sa globalité

Rien de bien neuf sous le sapin penserez-vous, mais l’exercice ne consiste pas à « faire le coucou ». Loin de là, la curation de contenus Web nécessite une méthodologie, des techniques et des actions bien particulières pour être efficace. Sans quoi, vous vous limitez juste à « faire du réchauffé » au risque de manquer d’originalité.

De l’art de dénicher les bons coins et les bons plans

L’inexistant n’existe pas ; la grande force du marketing éditorial est, en effet, de pouvoir créer du contenu à partir de matières déjà existantes ; rapport annuel, prévisions, études, plan d’actions, évènements, etc. Quoiqu’il en soit, vous ne partez jamais de rien au lancement (ou non d’ailleurs) de votre stratégie de contenu Web.

Votre curateur de contenus a donc pour mission de sélectionner, d’éditer  et partager les infos qu’il aura glanées ci et là sur le Web. La bonne méthodo à adopter, c’est :

1) Définir et déterminer ; vos objectifs, votre niche, vos sources et vos ressources

2) Filtrer, vérifier et choisir ; via les flux RSS, les alertes e-mails, les réseaux sociaux, etc.

3) Éditorialiser et publier ; par des titres, une description, des commentaires, une mise en page convenable et des références pour contextualiser les contenus que vous relayez.

4) Diffuser ; votre thématique, ses objectifs sur les réseaux sociaux pour in fine construire votre propre réseau et y créer des liens.

5) Gérer et assurer le suivi ; analysez votre trafic, les tendances, les liens consultés, renouvelez vos sources.

Pour ne citer que Flipboard, Pearltrees, Scoop.it, Pinterest, Storify ou encore Paper.li, les plateformes de curation sont légion sur la toile, vous devez par conséquent choisir celles concordant le mieux avec votre projet Web et votre ligne éditoriale. Moins on s’éparpille, mieux on s’y retrouve !

Don et contre-don

Vous l’aurez compris, la curation de contenus Web, ce n’est pas du « copié/collé ». Cela dit, comme vous n’êtes pas l’auteur des contenus que vous diffusez, il convient notamment de citer celui-ci et l’URL source.  Au fond, que l’on soit auteur, lecteur ou curateur, l’information qu’on partage est gratifiante pour tous, car donner, c’est aussi recevoir.

Mine de rien, une curation de contenu bien menée peut être finalement un pan important de votre stratégie éditoriale Web.


Pourquoi les journalistes font (souvent) peur ?


Etonnant comme ce sont toujours les mêmes entreprises actives en ligne dont toute la presse parle. A croire qu’elles seules ont quelque chose à dire. Toutes les autres auraient-elles peur des journalistes ? Comprendre comment ils fonctionnent devrait déjà améliorer vos relations de presse.

Les relations de presse doivent être comprises comme un forme spécifique des relations publiques auprès d’une cible particulière que sont les journalistes. L’objectif général est d’obtenir pour l’entreprise des retombées rédactionnelles positives et valorisantes en entretenant de bonnes relations avec les journalistes et en leur fournissant des informations susceptibles d’intéresser leurs lecteurs. Communiqués de presse, mails réguliers, rencontres informelles… tout devrait être bon pour présenter vos activités.

Pourtant, face aux journalistes, on sent bien souvent une appréhension dans le chef de certains promoteurs d’entreprises à présenter leurs activités. Et, souvent, avec raison devant leur méconnaissance du métier.

Les journalistes agissent, en effet, comme des amplificateurs d’information, des caisses  de résonance mais aussi des filtres déformants. Les journalistes ne reproduisent jamais une information à l’identique, mais leur travail est de la mettre en perspective, de la critiquer, de la compléter. Autrement dit, à l’inverse des classiques relations publiques, l’activité d’un journaliste peut tourner en faveur ou en défaveur de l’entreprise.

Deux réflexes vous permettront d’éviter ce genre de déconvenue :

Mettre en place une stratégie à long terme.

Il ne suffit pas d’agir au coup par coup. Il est toujours préférable de capitaliser de coup en coup, tout en maintenant sa capacité à réagir quand l’actualité l’exige. Une stratégie globale est plus efficace car elle est mieux reçue par les journalistes, mieux comprise et plus écoutée. Pour ce faire, il faut :

- Constituer un réseau de contacts utiles et fiables dans la presse
- Informer régulièrement, même si cela ne donne lieu à aucune publication dans un premier temps
- Crédibiliser l’entreprise par des informations vérifiables et correctes.

Travailler en pleine connaissance de cause

Face à la presse, les entreprises commettent de nombreuses erreurs, par pure méconnaissance de leurs interlocuteurs et de leur mode de fonctionnement. Les journalistes ne sont pas des publicitaires qui publieront lorsque vous le souhaitez. De plus, ils ont quelques vilains défauts :

- Les journalistes n’ont pas de mémoire. Ils peuvent vous oublier aussi vite qu’ils vous ont trouvé formidable.
- Ils aiment que vous leur offriez une totale disponibilité lorsqu’ils ont besoin de vous.
- Ils détestent les fausses informations ou être menés en bateau
- Ils adorent être les seuls à posséder une information. Le fameux « scoop ».

 


Négliger le storytelling ? N’y pensez même plus !

A force de répéter au consommateur qu’il dispose des outils pour réagir à tous les contenus publiés par la marque, celui-ci ne se fait plus prier ! Il est donc crucial de l’impliquer dans la création et la diffusion des contenus proposés par les marques. Le storytelling prend une nouvelle dimension et raconter des histoires impose de tenir compte de nouvelles règles

  1. La marque donne la première impulsion dans le cadre d’une communication construite avec ses partenaires (agences, relais marketing, blogueurs associés).
  2. La marque suit l’impact généré par sa communication auprès de ses différents auditoires et analyse les contenus repris, modifiés, parodiés, discutés… pour en sortir les idées innovantes.
  3. La marque alimente et répond, intervient dans les discussions quand cela s’avère nécessaire.
  4. La marque apporte du sens et de la valeur dans le quotidien des consommateurs (que ce soit par le divertissement, les rires, le rêve, des conseils pratiques ou encore l’étonnement).
  5. Le storytelling incarne ainsi la marque, fait sentir ce qu’elle a d’unique, donne envie de l’acheter, de la partager.

Le lancement par Disney de son outil de storytelling OMD (Oh, My Disney) est à ce titre exemplaire. OMD, nourri entre deux et huit fois par jour, propose des articles conçus pour être lus, appréciés et partagés rapidement, comme « 15 rappels pour vous dire que vous êtes important ! ». Le storytelling fonctionne parce que Disney renvoie vers des images, des histoires et des citations connues de tous mais aussi parce que la marque ne se contente pas de promouvoir ses produits : elle crée véritablement de nouveaux contenus, adaptés à ses canaux de communication et ses publics. Cet article de Post Advertising vous l’explique en détails.

Un constat qui nous rappelle les prédictions faites par Coca-Cola en 2011 sur l’avenir du contenu et leurs visées concernant le storytelling. On a peut-être oublié que l’objectif principal du Content 2020 Project de Coca-Cola était, et reste, de doubler la taille de leurs activités dans moins de huit ans ! Cette interview avec son créateur, Jonathan Mildenhall, Chief Storyteller de Coca-Cola, devrait achever de vous convaincre.


Oui, Facebook draine de nouveaux clients !

77 % des marketeurs BtoC ont trouvé un nouveau client sur Facebook. C’est ce que révèlent, entre autres, une étude et une infographie réalisées par Wishpond. L’étude met aussi en exergue le fait que les stratégies de social media produisent deux fois plus de leads que le mailing direct ou le pay per click.

Ce n’est pas parce que l’on suit une marque sur Facebook ou Twitter que forcément on est un client de cette marque. Le défi des marketeurs est donc non seulement de faire grandir la communauté de fans mais aussi et surtout de les convertir en consommateurs. Et ce n’est pas toujours simple. Néanmoins, une récente étude menée par Wishpond démontre que Facebook et Twitter sont de puissants leviers pour le marketing B2C. Ainsi 77 % des marketeurs B2C affirment avoir trouvé un nouveau client grâce à Facebook et 34 % ont généré des leads via Twitter, 20 % les ont concrétisés. En seulement deux ans, les marketeurs qui affirment que Facebook est important voire indispensable pour leur business ont augmenté de 83 %. Pas de doute, le social media marketing est devenu LA priorité des marques.

Mais attention à ne pas oublier un acteur de plus en plus important dans les stratégies marketing : LinkedIn. Selon Wishpond, il serait 277 % plus efficace que Facebook et Twitter pour générer des leads. 77 % des marketeurs B2B affirment d’ailleurs avoir acquis de nouveaux clients grâce à LinkedIn (60 % via le blog d’entreprise, 43 % via Facebook et 40 % via Twitter). Or seuls 47 % de marketeurs B2B utilisent le réseau social professionnel alors que 90 % recourent à Facebook.

Autre fait intéressant : les stratégies de social media produisent deux fois plus de leads que le mailing direct ou le pay per click. Quant aux consommateurs, ils sont 77 % à reconnaître qu’ils sont plus susceptibles d’acheter un produit d’une entreprise dont le directeur est présent sur les réseaux sociaux.

Regardez l’infographie !


De qui se moque Facebook ?

En deux manipulations, Facebook a donné moins de visibilité naturelle aux marques. Après leur avoir donné l’impression de pouvoir construire des communautés alors qu’il n’en est rien, une marque sans gros budget n’a plus aucun intérêt à avoir sa page sur Facebook… Un plaidoyer percutant !


600 % de clics en plus pour HP

Offrir un contenu dynamique à son public basé sur une segmentation comportementale a permis à Hewlett-Packard de générer un taux d’ouverture de ses messages plus élevé de 300 %. Et de doper son taux de clics de 600 %. Voici tous les détails, étape par étape, de la stratégie de contenu et de segmentation de HP.


Le virage réussi de KLM

Un million de fans sur Facebook, 230.000 followers sur Twitter, un blog de contenu très suivi et des services développés pour et via les médias sociaux, la compagnie aérienne a su prendre le virage social. Mashable fait le point sur sa stratégie.


Sans blog, vous n’êtes rien

Vous pouvez mettre au point la meilleure stratégie de présence sur les médias sociaux qui soit, si vous ne délivrez pas au préalable une info de base solide, via un blog, vos efforts seront vains. C’est en tout cas la thèse de cet article qui prône le blog, encore et encore.


Pensez tablettes !

Aujourd’hui, plus aucun marketer ne peut délaisser, comme canal de communication, les tablettes. Mais attention, une tablette n’est ni un PC ni un smartphone. De sorte que la stratégie de contenu que l’on applique à ce support doit lui être propre. Voici comment l’exploiter au mieux.

NewsMaster

Partenaire privilégié de vos stratégies de Content Marketing, NewsMaster crée un lien durable entre l’entreprise et ses publics.

Quel que soit le support de communication, NewsMaster propose des solutions et des contenus rédactionnels qui intègrent les préoccupations des lecteurs et valorisent ainsi l’entreprise auprès d’eux.

Twitter

"Rossel Advertising renforce son expertise en Content Marketing grâce à NewsMaster ! http://t.co/bHqxnNc2jL"
"Etude Forrester : le contenu de marque, avenir du marketing digital http://t.co/QPLwQJKaTA"
"Content Marketing in the UK: 2013 Benchmarks, Budgets, and Trends http://t.co/04gwXs0j5T"

Contactez-nous !

NewsMaster dpt
152 Chée de Waterloo,
1640 Rhode St Genèse

NewsMaster – Publishing Dept.of
Solution 3.0 sprl

Rue du Cerisier, 29
1490 Court St Etienne

Newsletter
Découvrez notre dernière newsletter et abonnez-vous

Scroll to top